ENVIRONNEMENT

La biodiversité est une richesse que nous nous devons de protéger.

La Sapote

La sapote ou sapote mamay est issue de la pouteria sapota. Cet arbre appartient à la famille des sapotacés comme l’argan (argania espinosa) et au genre pouteria. Il peut atteindre une hauteur de 15 à 50 mètres. On le retrouve dans les zones tropicales tels le Mexique, les Antilles et l’Amérique Latine. Il sera introduit plus tard dans bien d’autres régions.

Sapotier

Il existe plus de 180 espèces de sapote mais seules trois sont communes à l’usage. Nous avons la sapote veridis, la sapote campechiana et la sapote mamay. Selon les régions, cette dernière porte le nom de sapote, grosse sapote ou encore sapote crème. A ne pas confondre cependant avec l’abricot communément appelé en Martinique, abricot pays. De plus, elle se distingue botaniquement de  la sapote noire ainsi que de la blanche.

La sapote mamay se présente sous une forme ovale de 10 à 25 cm de long et 8 à 12 cm de large.


Ne vous fiez pas à sa peau rugueuse qui couvre une chair dont la texture fondante se rapproche de celle de l’avocat, d’une couleur variant du rose saumon au rouge brun. En outre, elle est riche en vitamines A et E, en protéines,  en sucres, calcium et fer. Elle contient une graine qui renferme en son sein une amande avec laquelle est réalisée une huile.

On peut donc en déduire, aussi bien, l’arbre que le fruit sont une véritable manne. Le bois est intéressant pour son latex, ses tanins et sa résine. Il est utilisé dans le domaine de l’ébénisterie mais est aussi reconnu pour ses propriétés médicinales. Le fruit à savoir sa pulpe, graine, amande et huile participent à la réalisation de produits :

Sapote

 

La sapote mamay est un fruit méconnu dans notre région et ses propriétés le sont encore plus. En ces temps troublés où l’environnement paie un lourd tribut, le sapotier se trouve être un allié de taille. Il participe à des programmes de développement agroforestier car les “arbres jouent un rôle clé dans la préservation de la biodiversité, à la diversification des cultures et à l’amélioration de la qualité du sol”. De plus, il est associé à des “bénéfices environnementaux” en relation avec la qualité du sol, la limite de l’érosion, minimiser le recours aux pesticides et herbicides.