PATRIMOINE

Des récits partagés pour un voyage dans la culture.

 

La ville de Fort- Royal et ses fléaux 

Devenue ville capitale à la suite de la destruction de la ville de Saint Pierre, Fort Royal subit à son tour une suite de catastrophes. Malgré les destructions et les désolations occasionnées, elle renaîtra à chaque fois  de ses cendres.

Fort de France
Fort de France
#1 : Le tremblement de terre du 11 Janvier 1839

Le Courrier de la Martinique raconte que le 11 janvier 1839, à 5h55,  dans un Fort-Royal « au temps calme et à l’horizon brumeux », se fit entendre « une sorte de rugissement vague et lointain, assez comparable pour l’oreille à l’effet d’une rafale ». Peu après, la terre se mis à trembler.

Si dans la rade, le vaisseau La Recherche  fut ébranlé par une secousse, sur terre les mouvements se firent sentir d’est en ouest, du nord au sud provoquant la destruction des bâtis au fur et à mesure. C’est au milieu de ce chaos que s’enfuit une population réveillée en sursaut. « Des 800 maisons que compte la ville 400 jonchent le sol, 200 sont partiellement écroulées…50 à 60 à peine peuvent être habitées sans danger ». Aucune habitation ne fut épargnée par le phénomène.

Face à cette catastrophe le Gouverneur de la  Martinique en vint à faire cette annonce au ministre de la Marine : « J’ai la triste mission d’avoir à vous annoncer la ruine entière de la ville de Fort Royal ».

49 personnes perdirent la vie dans l’effondrement du nouveau pavillon de l’hôpital récemment achevé, 14 dans la cours de Sainte-Luce et 9 dans la prison. Les rues pavées  furent mises à nu et des fissures creusèrent le sol.

Deux jours après le drame, on dénombra 261 morts et 250 blessés pour la seule ville de Fort Royal. Des répliques moins fortes continuèrent à se faire sentir entre le 12 et 20 janvier. Elles auraient provoqué  la chute des derniers pans de murs restés en place.